( Oui, oui... Je suis en retard...
Je n'aime pas les salles de cinéma. Chut...
Je suis affreuse.
Et je risque fort d'écrire des bétises. )

.

L’engouement du public et des médias fût impressionnant d’unanimité et d’estime pour ce long métrage. Un film grave sans être larmoyant. Une histoire d'amour universelle qui porte en elle, et les germes des poissibles elndemains, et les germes de son auto-destruction. La  communauté gay n’a pas été en reste pour en saluer la beauté, la force et peut-être la complexité du coming-ut. Il faut dire que le réalisateur, Ang Lee, a su souligner à la fois la puissance de l’amour gay et ses contradictions. Sans fioriture ni coup de marqueur ni clichés sensés amuséer la galerie ou identifier la communauté gay. Pudeur et silence. Et poids du secret. Aussi bien pour les acteurs de cette tragédie que pour les quelques personnages qui en découvriront la teneur.
Dans le Wyoming puritain des années 1960-1965, l’homosexualité, plus forte raison masculine, est particulièrement décriée. Sur une période d’environ vingt, les mentalités demeurent figées, alors que la psychologie des personnages, elles, s’affinent. Dans ces espaces sublimes des montagnes à moutons se confine un amour interdit et passionnel. Inattendu et violent, il lie Jack et Ennis, deux jeunes bergers. Un monde de cow-boys où la virilité est le seul moyen d’expression identitaire. Où le thème de l’homosexualité, plus que tabou, est totalement réprimandé voire inconcevable. Hennis incarne l’homme par excellence. Taciturne, secret, hargneux et qui plus est fiancé à Alma. Jamais il n’avouera son attirance pour Jack, que l’on devine bien plus honnête avec lui-même. Ennis est comme surpris de lui-même, et de ce manque douloureux que provoque l’absence de son compère. Il s’en cache face au texan qui la revendique.
Au-delà de cette réticence de l’expression des sentiments amoureux, qui n’est pas l’exclusivité des gays, se dessine une peur diffuse de l’aveu, de l’inconnu, de la non-conformité, du regard d’autrui, de l’affirmation de soi, de ses émotions et désirs. Et c’est là que le film touche tout public, quelques soient ses préférences. Par crainte de rejet et plus encore, de la démonstration de ses sentiments, les protagonistes se rangent à une vie ennuyeuse mais conforme à celles de leurs voisins. D’élans de rage de Jack, désireux de s’établir en tête à tête avec Hennis dans un ranch isolé en fuites muettes de ce dernier, les années fragilisent sentiments et certitudes. Eloignent ces deux hommes. Une existence certes bienséante sous tous rapports mais qui n’est que mascarade, frustrations et agonies des pauvres flammes qu’ils ne raviveront pas aux lits des dames, ni d'autres hommes.

broke

Un film d'Ang Lee, avec Health Ledger, Jake Gyllenhaal et Michelle Willams.
Lion d'Or à la 62e Mostra de Venise.
Adapté du livre éponyme d'Annie Proulx.