10 février 2011

Si tu m'aimes, achève-moi.
Posté par Ankylosee à 05:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 février 2011

"Sa fragilité originelle a rendu ces conflits mortels."

J'en suis arrivée là. Aussi bêtement que les jours se fanent pour donner naissance à d'autres, j'en suis arrivée là, au pied de rien, au bord du ravin. A espérer que quelque chose ou quelqu'un m'emporte puisque je ne le puis pas. J'ai dépassé la frontière de l'épuisement et de la haine de soi, sans parvenir à supplanter la matière. Alors, qu'une main amie me frappe d'une aiguille et que cet infime point d'impact, cette minuscule percée à la surface de la peau comme des choses, me fasse passer de l'implosion à l'explosion. Pour se... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2011

"Alors je te murmure l'aveu de tous ces jours sans feu."

Submergée par un fond de tristesse que rien n'altère, que rien n'éclaire.  Inlassablement, la valse lente des heures à tuer, des heures mourantes dans les bras des regrets anciens. Retrouver les joies démodées. Les convier. Sentir poindre l'irrévocable que personne ne saisit, le secret sans prix. Le chérir plus que de raison et, par moment, sourire aux brûlures des danses avec les flammes qui rapprochent de l'envol. "S'allonger dans le silence", se laisser ensevelir, sans le moindre désir d'esquisser un geste pour fuir... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2011

Le mythe de la transparence.

Tu planifies en riant. Petite fille adorable excitée par son projet. Tu projettes, imagine et mets en place, pas à pas, heure après heure. D'appel en appel tu précises ce qui n'était qu'une banalité lancée dans une bulle. Tu n'entends pas que c'est impensable, trop rapide et finalement, ni désiré ni désirable. Tu ne perçois pas mes angoisses et mes craintes, vis-à-vis des sous-entendus, vis-à-vis de mes incapacités en la matière. Tu ris, encore, et tu t'expliques, tu détailles. Ton plaisir n'a pas de limite et le temps nécessaire... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2011

Les petites.

Je l'ai vue. Tout de suite. Sa démarche. Son pantalon qui flotte autour de ses cuisses. Elle était là, comme elles le sont partout. La fragilité extrême et la force impériale, l'union des paradoxes. J'ai marché derrière, sans pouvoir détourner les yeux, des regards furtifs et l'esprit qui pédale à toute allure, et des jambes qui ne savent accélérer. J'ai marché derrière elle comme je marcher derrière toutes celles que je croise. Ralentissant pour tisser des liens indicibles. Pour me faire mal peut-être ou pour me laisser le droit,... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 21:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 janvier 2011

Portrait d'un vertige.

"Je suis bien cette imbécile Triste et heureuse à la fois Je compte les trains qui défilent Et ne s'arrêtent pas Ne vois-tu rien entre les gouttes ? Moi je ne m'habitue pas Ah ce qu'il tombe sur la ville On pourra pas refaire le fil J'ai mal d'amour Email de Chine Du vent dans les yeux Je vis au bord d'un précipice Les jours de grands vents c'est danger Toi tu n'as pas su prendre le risque d'aimerLe risque d'aimer." Daphné - Portrait d'un vertigeHumeur : insomniaque en manque.
Posté par Ankylosee à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2011

Amazone

Dis-moi qui diable m’envoie / Ces hordes de chevaux / Que je monte à cru / Comme un garçon / Et qui les dresse contre moi / Et les lance au galop / Dis-moi qui, / Qui d’autre que moi ? // Amazone / Va pour la guerre / Le combat / Amazone / Je ne sais faire / Que ça // Et quand le diable m’emporte / Je retaille mes crayons / Pour en faire des flèches / Pour les garçons / Et là, mon cœur, ce sauvage, / Les attrape au lasso / Monté sur ses grands chevaux // Grâce pour mon sein mutilé / Par mon arc bandé / Grâce pour... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 02:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2011

Melancholia.

Ankylosée, diagnostiquée mélancolique. J'ai adoré, tout simplement adoré. Tout. La simplicité et les lâchers prises. Les mots et les rires. Les accrochages des semelles sur les graviers et les heures blanches en musique nocturne. Le plus beau réveillon depuis des années. Le plus vrai, le plus franc. J'ai adoré à en regretter le silence ensuite. Alors je l'ai dissimulé dans une salle de cinéma et son dolby surround. J'ai chassé les nuages en multipliant les gestes, en repoussant toutes traces d'activités purement cérébrales et en... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2010

Emmanuel Carrère

"J'ai fait ce que j'ai pu, avec mes moyens et mes entraves, je me suis battu pour le faire, c'est déjà un bilan qui n'est pas nul. Mais l'essentiel, qui est l'amour, m'aura manqué. J'ai été aimé, oui, mais je n'ai pas su aimer - ou pas pu, c'est pareil. Personne n'a pu se reposer en toute confiance dans mon amour et je ne reposerai, à la fin, dans l'amour de personne."Citation : Emmanuel Carrère - D'autres vies que la mienneMusique : N'aie plus d'amertume - Mylène FarmerHumeur : Perplexe & Résignée
Posté par Ankylosee à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2010

La mélancolie se moque bien des paysages.

Le froid, comme celui de 2000, a gagné mes entrailles. Stoppé l'élan de mes envies, de ma bonne volonté. Vivre cela, encore. Et pourquoi ? D'un pied gelé sur l'autre, une danse macabre au son des mélopées d'artistes assassins. "J’arriverai au point de départ J’retournerai bien tout ce soir En attendant le jour se lève dans la cour Des miracles et des mirages Des espoirs perdus dans la cage d’escalier De secours, au fond rien ne bouge." Le froid est devenu crampes. Muscles et désirs ne répondent plus, figés dans la matière... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 02:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]