D'un autre lien. D'un autre temps. Juste un plus plaisants. A peine sauvés.
13 août 2006

Leur dire. 15.08.06

Si proche. Si loin. A quelques rainures d'empreintes digitales près. A quelques gènes modifiés par le mélange uniques. A quelques pas des souvenirs boisés de nos mercredis après-midi. A quelques kilomètres. Quelques pas. A des années lumières.J'ai peur. De rentrer. De leur dire. De confesser à coups de cicatrices et de larmes ravalées au-dessus de mon assiette, que non, en fait, ça ne va pas. Ni le travail. Ni l'appartement. Encore moins, le corps et la tête. J'ai peur. Ils le sentent plus ou moins. Le dire, c'est autre chose.... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 août 2006

Attrape coeur marin. 14.08.06

J'ai 11 ans. Ou 12 peut-être. En voyage scolaire à Saint-Brieuc. Une sortie sur la grève au programme. A quelques longues minutes de bus.Ma classe batifole sur la plage de sable et cailloux mêlés. Face à la mer, je tombe à genoux. A des mètres d'eux, comme d'habitude. Dans le silence de la houle. Le coeur au rythme de la marée. Je n'ai pas 11 ni 12 ans. Bien plus. Il paraît que cela se lit dans mes yeux.Et là. Première réelle photographie de ma vie. L'unique image sur papier que j'ai conservé de ce voyage. Qui trône encore... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Louis Vuitton. 02.08.06

Chemin pavé d’un logo dans le dédale des langues étrangères. Ni sur les lèvres des clients ni sur les étiquettes ni sur les lèvres des vendeurs, presque pas de « french » dans la capitale. Nous sommes sur le pavé mouillé des Champs Elysées pourtant. Un cercle et un losange. L’un dans l’autre, imbriqué. A son centre, convexe, du cuir chocolat. Plus haut. A peine à quelques roulements d’escalators, il se fait concave, orné d’un argent rutilant. Le luxe se conjugue selon les matières de l’opulence et de la finesse. Souligné à... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Franchir le seuil. 14.07.06

Il est des temples que l'on peut violer d'un simple battement de porte. Pénétrer dans la Mecque de tous les luxes en quelques pas seulement. Passer du bitume aux mosaïques. De l’odeur âpre de la pollution ambiante à un mélange de senteurs créés pas les plus grands nez. De l’anodin et du banal qui peuplent les rues à l’opulence et la volupté des estampilles dans le cuir. Communier par un sceau CC ou DG célébrés au-delà des frontières et des langues. Royaume de la marque et du bon goût, des touristes et des novices parisiens,... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Sensorielle. 05.07.06

Une à une. Un ensemble chatoyant. Étincelant. Etalées. Les unes à côtés des autres. Ordonnées. Quelques fois, mais pour peu de temps, décalées. De biais pour souligner le brillant ou l’opacité. Jouer de la transparence de la tête de gondole. Ou le patchwork de couleurs. De textures exposées sous les lumières tamisées. De haut en bas. De droite à gauche. Sceau de qualité et signature. Logos significatifs. La réputation précède les tests gustatifs. Des boîtes. En carton. En métal. Colorées ou à nue.... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Goal ! 01.07.06

Rien. Le silence. A peine le bruit du fer qui parcourt les jambes d'un pantalon. Le chuitement des Sopranos. Presque inaudible. Et le crépitement des abats jour de l'immeuble d'en face. Rien. Ce silence typiquement urbain qui n'en est jamais un. Surtout les soirs de matchs France/Brésil de coupe du monde de foot.  Rien. L'ouïe à l'affût. Sans l'image. Mais je ne fais rien.Ne suis pas. Même pas pour voir s'ils sont beaux ou pas, ces joueurs. Ils sont trop petits sur l'écran. J'ai déserté le canapé moins d'une dizaine de... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 août 2006

Luisants pavés. 21.06.06

Longtemps. De pavés usés en lisse asphalte. D'une botte sur l'autre. Mouvement de hanches rythmé et lent à la fois. Elle a marché. Longtemps. Une à une les mèches prises dans son chignon de fortune se sont défaites de l'élastique emprise. Se sont collées à ses pommettes déjà humides. Elle a offert son charbonneux visage aux célestes déboires. Délicatement. Longtemps. Elle a marché sous la pluie. De la caresse à la gifle, quelques pas ont suffit. Pluie purifiante. Délivrante. Aliénante. Battante. Eaux du ciel qui ont parcouru cent... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Bobo Avenue. 17.06.06

(Ceci n'est pas un pamphlet.) Paris. Eternelle. Changeante. Dorée ou terne. Paris. Au hasard des avenues s'ouvrent des petites rues. Des petites artères grouillantes. Aux abords de la Madeleine, entres autres. Un parfum de luxe embaume l'air. Rue Saint-Honoré et rue du Faubourg Saint-Honoré. La rue Royale. Non loin, les Champs Elysées et son palais. La place Vendôme à quelques pas.Sur le seuil des portes des plus alléchantes, fastueuses, branchées ou réputées boutiques patientent des hommes en costume... Des grooms, of course!... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2006

Course poursuite. 14.06.06

Un éclat. Une lueur pour une autre. Sur les chevaux dorés des piliers du Pont des Invalides scintillent un doux soleil de juin. Timidement mais avec la confiance des aubes sans cesse rejouées. Maître du ciel, l'astre grignote avec assurance et tranquillité les pierres du bord de Seine. Centenaires ou restaurées, aucune n’est épargnée de ce doux supplice matinal. L’été s’annonce. A pas timides mais sereins. Sous les arcades se réfugient les ombres de la nuit à peine achevée. Tout juste zébré par les spots lumineux des tunnels,... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 août 2006

Toi. Moi. Nous. 11.05.06

Regarde-moi!!Droit dans les yeux. Cela ne peut pas durer. Cela ne doit pas durer. Tu m'entends?! Ne baisse pas les yeux. Ne pleure pas! Il faut que tout cesse. Au diable tes pleures et tes peurs. Tes envies de maigrir. De perdre toujours plus. Jusqu'à te sentir disparaître. La transparence n'existe pas. Tu es en vie, alors vis. Arrête de tout retenir. Les larmes et les mots. Oublie tes folles idées. Tes heures abandonnées sur le coin de ton canapé. Tes silences. Certes, rien n'a été reconnu de tes douleurs. Mais les réinscrire sur tes... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 13:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]