Peu importe. Et tout compte. Les mots violents. Mal léchés. Les errances et le manque d'égard. Pour ses mots. Balbutiés. Et dénigrés. Parce-que siens. Gribouillés de points d'interrogations. Des futilités. Des bêtises et autres légèretés souriantes. Ou plu
04 novembre 2013

Ce qu'il y a d'étrange

Ce qu'il y a d'étrange à grandir, et donc à dépasser certaines craintes, c'est qu'on se retrouve face à des peurs nouvelles. Des angoisses qui autrefois n'auraient pas eu lieu d'être. Bien au contraire. Combien de fois ai-je anoné vouloir ce qui me fait peur aujourd'hui, avec un enthousiasme immense et impatient. Je faisais des plans sur le nombre, l'ordre, l'écart et avais même projeté des origines différentes pour, à mon niveau, combattre l'injustice et la solitude des abandonnés. Aujourd'hui, je ne vois plus d'autres solutions que... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 15:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 octobre 2012

La nuit, je rêve.

Quelques fois, je voudrais que tu sois là, que nous ayons dépassé tout cela, pris ces sentiers escarpés qui nous méneraient à nous. Que les mains qui tremblent et les silences gênés soient déjà du passé. Je voudrais cette chance là, sans conte-partie. Je voudrais que tu sois à moi, et moi à toi. Ne pas avoir à te partager avec une autre aussi, qui patiente, innocente, quelque part dans Paris. Ne pas avoir à t'attendre pendant que tu vis avec elle. Mais pour arriver à cela, il faudrait que tu fasses les premiers pas. Car je n'en ferai... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2011

Le mythe de la transparence.

Tu planifies en riant. Petite fille adorable excitée par son projet. Tu projettes, imagine et mets en place, pas à pas, heure après heure. D'appel en appel tu précises ce qui n'était qu'une banalité lancée dans une bulle. Tu n'entends pas que c'est impensable, trop rapide et finalement, ni désiré ni désirable. Tu ne perçois pas mes angoisses et mes craintes, vis-à-vis des sous-entendus, vis-à-vis de mes incapacités en la matière. Tu ris, encore, et tu t'expliques, tu détailles. Ton plaisir n'a pas de limite et le temps nécessaire... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2010

Tout est dans le titre.

M'entendras-tu, si je te murmure que j'ai dépassé un nouveau stade de fatigue ? De lassitude et de déception ? Si je te dis que je suis rongée, là, sous mes sourires et les deadlines respectées ? Si je te dis que je suis blessée au plus profond de ce qui me reste d'âme et de désir d'y croire encore, derrière ma compréhension des aléas qui me laissent si souvent sur le carreau des rendez-vous de la joie et de la vie ? Si je te confesse que le manque, l'absence brillent par leur présence et que derrière les mots d'excuses que je leur... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 01:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 avril 2010

Liar, Under The Sun.

Petite pétasse, je marche dans les rues. De la pointe de mes pieds juchés sur de hauts talons. Le gras de mon cul ne balance pas : j'ai appris à contenir ma démarche. Mais j'ai l'air d'une pouffiasse un peu trop sûre d'elle.  Les cheveux lissés par le sèche-cheveux, à l'aurore, volent partout autour de moi. Une aura. Un paravent. Sous le soleil du matin, je regarde le ciel et mon regard dévoile sa dureté et sa violence à qui ose le croiser. Je sens quelques regards, surprend quelques mots et gronde entre mes dents serrées que le... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 00:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 décembre 2009

Et ta voix me revient.

"J'aurais des séquelles à défaut de tes suites." Ou les deux...
Posté par Ankylosee à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2009

(...)

..Je fais n'importe quoi. C'est encore ce que je fais de mieux. . http://www.deezer.com/listen-4254456Mano Solo - Rentrer au port.
Posté par Ankylosee à 13:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 septembre 2009

Au propre comme au figuré.

Il a trois ans et demi. Babille sans cesse des histoires réelles ou fantasmées, se retourne sur tout ce qui lui échappe encore, sur ce qu'il a encore à dévorer dans ses découvertes incessantes, se pose des questions sur tout. Intègre tout et le restitue avec les sourires de l'enfance qui font rire les adultes qui l'ont oubliée. Il ingurgite le monde. Avale. Sans se poser de questions. En trouvant ça 'trop chaud', 'trop bon' ou pas accommodé à son goût du jour, quelques fois. Il a ses préférences, ses envies, ses pêchés mignons que... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 16:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 mars 2009

Fumée, 17 ans & Silence.

. Je viens de trop loin pour arriver quelque part. Autant en rester là.   Se sera le combat de trop. Celui qu'elle gagnera. Je ne suis pas armée pour ça, le comprends-tu ? On peut se battre des années, et un jour, céder. Pour l'éraflure, le mot, la conséquence de trop. Il faudra tout couper. Rompre les attaches pour mettre fin à ces douleurs qui gangrènent  l'envers de ma peau. Souterraines. Muettes. Comme ce qui se trame au fin fond de la sombre âme. Les points sautent. Les liens se... [Lire la suite]
Posté par Ankylosee à 22:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 mars 2009

Toujours.

Et je finis par tout salir. Toujours.Un soir Tu t'endors Au matin, quand tu ouvres les yeux Autour de toi, il n'y a rien que ce vide qui te ressemble un peu.Mais pourtant - Coralie ClémenttBy LittleFlair
Posté par Ankylosee à 20:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]